«Communiquer sur nos actions de solidarité internationale"

1 «Communiquer sur nos actions de solidarité internationale" Internet: outil répandu, outil méconnu Le 17 octobre Cit&...

Author:  Léon Forget

0 downloads 1 Views 122KB Size

« Communiquer sur nos actions de solidarité internationale" Internet: outil répandu, outil méconnu

Le 17 octobre 2009 - Cité Allende - Lorient COMPTE RENDU Didier Gourin, responsable des pages régionales de Ouest-France Comment l'arrivée d'internet impacte un outil de communication papier? Une évaluation d'un panel de lecteur de Ouest France a été réalisé en 2007. Elle révèle que les lecteurs attendent de l'information, des nouvelles; ils ne sont pas friands de photos avec des personnalités. Les articles qui donnent la parole à l'acteur plutôt que ce soit le journaliste qui s'exprime sont les plus lus. Le titre et les premières lignes sont importantes pour accrocher le lecteur. L'arrivée d'Internet à contribué à modifier le paysage de la presse quotidienne mais ne l'a pas anéantie. Un nouveau media n'a jamais tué l'ancien. Certains journaux écrit ont cessé leur activité papier au profit du site. La lecture des papiers est parfois gratuite parfois payante. Tout ou partie du contenu du journal peut se retrouver sur le site. En effet, le media peut faire le choix d'une seule et même rédaction (ie les mêmes journalistes) pour le papier et internet ou bien une rédaction à part (comme le nouvel observateur par exemple) pour des raisons financières essentiellement (les journalistes du net étant moins payés que les journalistes de la presse écrite). Il faut des contenus spécifiques sur internet. Il ne s'agit pas de mettre sur le site des bouts du journal papier. Ce n'est pas du copié collé, les articles sur internet sont plus courts. Par ailleurs, sur le site, on peut également mettre de la vidéo. Le site internet de Ouest France, c'est 4 millions de visites par an pour en moyenne 22 pages vues, contre 800 000 journaux diffusés par jour, chaque journal ayant un taux de lecture de 2,3. Le site représente donc 6,5% de l'audience totale du journal. Par ailleurs, ceux qui se connectent sur le site de Ouest France ne sont pas forcément des lecteurs du journal. Ce n'est pas un public qui a quitté le papier pour l'information numérique, ce sont de nouveaux lecteurs. Internet n'est donc pas un outil qui va capter un public déjà consommateur d'un autre support médiatique. Internet est un moyen pour toucher un public que l'on ne touche pas avec nos outils "plus " traditionnels, qu'il ne s'agit pas d'ailleurs forcément d'abandonner puisqu'il existe une certaine fidélité à ces medias plus traditionnels.

Odile Ombry, directrice de l'agence de communication TOCSIN, spécialisée dans la communication

associative. Evaluer l'utilité de communiquer via Internet pour une association Les valeurs portés par une structure sont dites par la communication et ce qui différencie aujourd'hui les associations des entreprises c'est la communication Communiquer c'est aller vers l'autre (the target, la cible) c'est aller le chercher. Le "grand public" n'existe pas; un media papier cherche un lectorat spécifique qui va s'intéresser aux articles rédigés, une association cherche une personne, bénévole, donateur qui va s'intéresser à ce qu'elle fait. Il faut segmenter la population pour déterminer la cible. Si la cible c'est les donateurs il faut cibler ceux qui ont des sous (pas les jeunes, qui surfent). Si c'est pour faire du plaidoyer, il faut utiliser des outils et des supports de petite taille: badges, cartes de visites (jeudis noirs, stagiaires en colère, Don Quichotte) Il faut bien comprendre que si l'autre ne vient pas ce n'est pas lui qui est blamable; on n' a certainement pas su lui donner envie de venir. S'il vient et qu'il ne reste pas c'est qu'on n'a pas su le garder. Parler de "semainre de la solidarité internationale" est du jargon de la SI et le grand public ne peut pas comprendre ce qu'il y a derrière. Le "Marché solidaire" a du sens; la "solidarité internationale" n'a du sens qu'en interne. La terminologie est importante car seul le public conquis viendra.. La plus grande difficulté en terme de communication c'est de faire court. Le message doit exprimer ce que l'on fait. L'adhérent ne restera que s'il a compris le projet et s'il adhère au produit (c'est à dire aux actions de l'association) et si on les accueillent avec leur vécu et pas avec le notre propre. Les associations ne font pas de stratégie de communication. Or, sur un site internet, un appel à don ne fonctionnera pas, ne touchera pas le public cible, ne remplacera pas les journées portes ouvertes, les vieilles choses d'avant internet (repas...) car ce sont ces choses qui vont créer du lien de proximité et donner envie de donner. Se lancer dans la conception d'un site internet dépend aussi des ressources disponibles: Toute action mis en place par une association va nécessiter du temps, des bénévoles qu'il faut évaluer. Si ce temps n'est pas disponible il est inutile de lancer l'action. Même si les associations ont tendance à ne pas y penser, le principe est le même pour ce qui concerne les moyens financiers à affecter aux outils de communications. Inutile de faire appel à des bénévoles qui ne pourront pas suivre sur le long terme, qui ne seront pas forcément disponible, qui quitteront peut être l'association... Il est donc essentiel d'élaborer un budget pour la communication de la même façon que l'on prévoit un budget pour les bénévoles (frais de déplacement etc). Il faut évaluer ce budget. Un certain nombre d'outils sont à notre disposition. - le syndrome de la plaquette: on se réunit plusieurs fois, on veut tout mettre dans la plaquette puisque tout est important, on n'a pas de cible, on prend un imprimeur puisque le graphiste est trop cher, on s'engueule pour un mot. Puis l'adresse, le téléphone le président changent et la plaquette n'est plus valide; on la retouche au blanco jusqu'à ce que le nombre de retouches soit tel qu'on met le lot de plaquettes à a poubelle. La plaquette, si elle n'a pas de cible, pas d'objectif, et veut tout inclure, ne sert pas à grand chose. Les plaquettes ne sont pas lues car elles sont trop pleines. L'objectif de la plaquette n'est pas de tout dire mais de susciter la curiosité des gens et une fois qu'ils sont là, on peut prendre du temps pour leur expliquer ce que l'on fait, pour les garder. - l'événementiel: les journalistes s'arrachent les cheveux devant les 500 journées/semaines/mois annuels d'événementiel (jour de ...; semaine de la SI; mois de l'ESS, quinzaine du commerce équitable). La communication associative à inventer cela. Les journalistes parlent donc de ce thème sur le temps "officiel" de mobilisation et l'oublient le reste de l'année. La faim dans le monde n'intéresse pas les lecteurs toute les semaines, alors on inventé les journées, les quinzaines, les semaines, les mois pendant lesquel(les) l'information est concentrée et incontournable. - les relations presse, les relations publiques; cela correspond aux cocktails, colloques, je parle, j'y vais, j'essaie de devenir un interlocuteur reconnu sur certains domaines. - relation médias: elles se passent mieux le jour de..., le mois de... qu'a d'autre moment. Il s'agit aussi à ce niveau d'une communication de proximité. - internet Est ce que internet est un bon outil? ça dépend de la cible. Il peut permettre d'entrer en lien avec le jeune public qui est volatile. Il est donc faux de dire qu'il "faut avoir un site internet". Le mythe est aussi de dire que ce n'est pas cher, on

y met ce qu'on a et puis on oublie de l'alimenter. Avant toute création de site internet, il faut faire un cahier des charges: pour quoi je le fais, quelles infos y mettre: ainsi le site fonctionnera pour ce pour quoi il doit fonctionner. Le risque d'internet c'est qu'il soit un peu une super plaquette électronique avec les défauts de la plaquette que l'on a présenté plus haut. Le blog1 commence à prendre du sens; le blog est un outil qui empile les informations. Il faut faire vivre un blog en racontant des histoires. Les associations se sont saisies du Web 2.02, outil initialement destiné destiné au marketing. Il propose de l'interactivité et du travail collaboratif au sein de la toile. Les réseaux sociaux sont pa exemple des bons outils de diffusion des messages associatifs. en effet, nous attendons des journalistes de faire ce qu'ils ne sont pas: ils ont un point de vue sur le monde on une certaine grille de lecture de ce monde mais ils ne sont pas nos porte parole. Avec le Web 2.0, nous pouvons militer sur le Web. Attention cependant, les messages associatif sont souvent très donneur de leçon ou véhicule le syndrome "sauvezlaplanete.com"; sur internet cela ne pardonne pas. Pour toucher les jeunes, travailler une action avec les scolaires..., Internet peut être utile grâce aux outils qu'il propose et que les jeunes sont habitués à manipuler: les plate formes SMS, Facebook, les fils twitter ... Ce sont des bons outils pour propager une information et communiquer sur un évènement ou sur une opération: "Donne 4 heure à une asso et tu gagneras une place pour le concert de David Ghetta". O La communication dépend donc du public que l'on souhaite toucher, des objectif attendues et des ressources humaines et financières affecté au projet de communication. Ces trois éléments sont fondamentaux dans toutes stratégie de communication: cible; objectif, ressources. Ils permettent ensuite de choisir le produit qu'il faudra faire évoluer. Le produit est porteur du projet et donc des valeurs de l'association. Jusqu'où va t on pour communiquer? "clic sur mon site et tu gagneras de l'argent"? Vente de T shirt? Comme MSF embaucher un grand nombre de professionnels de la Communication? Jean Noel Toubon, directeur de la Web TV Pulcéo Comment inclure internet dans un plan média? Internet est un media actif par rapport aux autres medias. Il n'y a pas d'intermédiaire, tout est horizontal; tout le monde propose de l'information. Si vous envisagez de créer un site, quelques éléments sont très importants à prendre en compte: - l'adresse choisie pour le site est très importante. C'est à partir de cette adresse que le site va être indexé et que le site sortira en résultat de recherche. Le titre doit donc contenir des mots clés les plus évocateurs possible du reste du document. En effet, lors de leurs visites sur votre site, les moteurs de recherche iront en premier sur le tag contenant votre titre afin d'en constituer la fiche signalétique. (http://www.sammag.com/archives/motscles.htm). -le robot commence en haut à gauche et descend en diagonale. le premier mot du titre est donc plus 1

Un blog ou blogue[1] est un site Web constitué par la réunion de billets agglomérés au fil du temps et souvent classés par ordre antéchronologique (les plus récents en premier). Chaque billet (appelé aussi « note » ou « article ») est, à l'image d'un journal de bord ou d'un journal intime, un ajout au blog ; le blogueur (celui qui tient le blog) y délivre un contenu souvent textuel, enrichi d'hyperliens et d'éléments multimédias, sur lequel chaque lecteur peut généralement apporter des commentaires. Un blog ou blogue[1] est un site Web constitué par la réunion de billets agglomérés au fil du temps et souvent classés par ordre antéchronologique (les plus récents en premier). Chaque billet (appelé aussi « note » ou « article ») est, à l'image d'un journal de bord ou d'un journal intime, un ajout au blog ; le blogueur (celui qui tient le blog) y délivre un contenu souvent textuel, enrichi d'hyperliens et d'éléments multimédias, sur lequel chaque lecteur peut généralement apporter des commentaires. Exemple: http://association.novasolidarite.internationale.over-blog.com/ 2

Le Web 2.0 est l'ensemble des technologies et les usages du World Wide Web qui ont suivi la forme initiale du web en particulier les interfaces permettant aux internautes ayant peu de connaissances techniques d’interagir de façon simple à la fois avec le contenu et la structure des pages mais aussi entre eux, créant ainsi notamment le Web social[2]. Dans sa conception initiale, le web (nommé dans ce contexte le « web 1.0 ») comprenait des pages web statiques qui étaient rarement mises à jour, voire jamais. Une première évolution fut réalisée par des solutions se basant sur un web dynamique (parfois appelé web 1.5), où des systèmes de gestion de contenu servaient des pages web dynamiques, créées à la volée à partir d’une base de données en constant changement. Le web était considéré principalement comme un outil de diffusion et de visualisation de données, où des aspects comme le nombre de pages vues et l’esthétique revêtaient une très grande importance. Les partisans de l’approche web 2.0 pensent que l’utilisation du web s’oriente de plus en plus vers l’interaction entre les utilisateurs, le crowdsourcing et la création de réseaux sociaux rudimentaires, pouvant servir du contenu et exploitant les effets de réseau, avec ou sans réel rendu visuel et interactif de pages web. En ce sens, les sites web 2.0 agissent plus comme des points de présence, ou portails web centrés sur l’utilisateur plutôt que sur les sites web traditionnels. http://fr.wikipedia.org/wiki/Web_2.0

important que le dernier. - tous les jours google analyse les site et indexe les mots; il faut donc que les mots clé par rapport à ce que l'on fait apparaissent aussi dans les pages. Il ne faut pas faire des pavés de texte trop conséquents. Par ailleurs google met en valeur dans ses recherches les mots en italique, gras, soulignés. - Si un site est référencé sur plusieurs autres, il apparaîtra d'autant plus facilement dans les premiers résultats de recherche. On peut également payer pour se retrouver bien placé et être payé si les internautes cliquent sur ses tags publicitaires.. Les résultats de l'utilisation d'internet comme outil de communication ne sont pas immédiats comme pour le presse. (Attention sur Internet il existe aussi des bandeau publicitaire des liens sponsorisés au milieu des sites d'informations; si on clique l'effet est immédiat: on arrive sur un site marchand). Internet apporter de l'échange et de l'interactivité par rapport aux autres médias qui livre une information sans possibilité de réagir. Communiquer sur réseau sociaux: - Il pourrait être intéressant pour les ASI de chercher sur le net les forums où est abordée la thématique de la solidarité internationale et où des centaines de milliers de personnes intéressées par cette thématique se retrouvent. On peut alors y envoyer un message y présentant un site ou un évènement Exemple: http://voyageforum.com/voyage/F37/ - Facebook est un réseau social où chacun peut mettre de l'information, des photos, des vidéos sur un espace qui lui est dédié. quand cette info est mise sur cet espace, vos "amis" ie les personnes qui ont souhaité faire partie de votre réseau la voient et les amis de vos amis aussi. Il est ainsi facile de diffuser de l'information sur une action, un évènements etc. Vous pouvez proposez sur votre site "partagrer sur facebook", "d'envoyer cette vidéo à un ami"; c'est le bouche à oreille virtuel. Exemple:le Facebook de la Semaine de la SI http://www.facebook.com/group.php?gid=5828448587 Mettre des vidéos en ligne - sur Youtube on peut ajouter des vidéos filmées lors d'évènements par exemple ou annoncer un évènement à venir. Attention à la musique; si vous mettez une musique connue, vous êtes passible de droits d'auteur. Exemple: conférence de la syndicaliste guinéenne Rabiatou Diallo à Vannes en novembre 2009: http://www.youtube.com/watch?v=RKb8UP4ax0Y Comment amener du trafic sur votre site pour promouvoir de l'évènement? - proposer sur la page d'accueil de votre site, de s'inscrire à la newsletter; vous récolter ainsi des adresses mails de personnes intéressées par le sujet puisqu'ils ont choisi de s'inscrire et vous pouvez leur envoyer de l'information. - il faut envoyer de l'information régulièrement pour fidéliser Suivre la fréquentation du site - analytics est un logiciel qui prmet d'avoir des statistiques précises sur la fréquentation d'un site http://www.google.fr/intl/fr_ALL/analytics/

Lionel Rauch, Buzzkompany : présentation des pratiques de teasing et de buzz. Comment interpeller, communiquer sur les préjugés? Comment susciter via le net l'intérêt des médias? L'objectif du buzz3 est de susciter une interrogation. et se faire voir, véhiculer un message à double sens ou 3

Le buzz (anglicisme de bourdonnement) est une technique marketing consistant, comme son nom l'indique, à faire du bruit autour d'un nouveau produit ou d'une offre. Proche du marketing viral, il en diffère par la maîtrise du contenu (message publicitaire). On peut aussi parler de quelque chose ayant fait son buzz quand il s'agit d'un contenu (vidéo ou audio) qui aura été ébruité le plus possible au point d'avoir été vu par beaucoup de gens en un temps très court. Le buzz n'utilise pas un média spécifique mais occupe tous les canaux de communication afin d'arriver à faire parler d'un objet. C'est une sorte de publicité sauvage qui passe par le consommateur et le fait devenir vecteur du message.

Le schéma de diffusion est donc le bouche-à-oreille (voir rumeur) qui utilise les outils et méthodes du marketing viral. Il convient de distinguer le buzz du marketing viral, par une action spécifique dans le temps pour un produit spécifique à lancer. * Le buzz va donc promouvoir une action, un produit, un service ou un événement ; * Le marketing viral est un ensemble d'actions englobant des méthodes et des outils à mettre en place pour "se" faire connaitre (de manière

donnant lieu à des contre vérités. L'outil du buzz est le teasing4: on ne donne pas tout de suite de réponse; on prend le temps de faire monter la sauce http://www.dailymotion.com/video/x2uej2_budweiser-whats-up-original-whassup_ads: Ce spot publicitaire très connu est un des premiers clips sur internet qui a touché des millions et des millions de téléspectateurs. C'était le premier buzz qui est très connu mais qui n'a pas atteint ses objectifs qui étaient de faire connaître la bière Budweiser. Les gens se souviennent du clip mais pas du produit. C'est un exemple de bon buzz mais raté.. Pour être réussi, le buzz doit répondre à 6 principes: - il faut qu'il se propage: internet est un bon outil pour ce faire. - il faut que la propagation soit rapide: les site de partage de réseau sont des outils incontournables: Il faut diffuser le buzz: l'envoyer à ses amis, le promouvoir sur des réseaux sociaux, a son carnet d'adresses. - il faut qu'il fasse parler de lui - ailleurs que sur internet (radio tv): Il faut assurer dans le temps le bruit du buzz: vidéo, site, internet, autocollant goodies (fond d'écran, clé USB, figurines, mini site) à l'image du buzz. - et il faut que le message soit compris Le buzz se base sur 5 méthodes: - créer de l'émotion (allant de l'amour à la haine) - être original - raconter une histoire, garder l'attention des consommateurs/auditeurs ... pour qu'ils reviennent - liberté (je suis libre de relayer ou non le buzz); on peut également donner la possibilité à l'internaute de laisser des commentaires (qu'il faut modérer). - maîtriser les supports (sons, texte) et les réseaux pour les associer à la création du buzz Le buzz doit faire réagir au xiéme degré. il peut aller jusqu'à choquer. Twitter Twitter est un outil de réseau social et de microblogging qui permet à l’utilisateur d’envoyer gratuitement des messages brefs, appelés tweets (« gazouillis »), par Internet, par messagerie instantanée ou par SMS. David Haigron, enseignant-chercheur au Centre de recherche ERIBIA-LSA Prendre la parole sur le Net : les informations alternatives sur Internet Comment se faire voir et entendre sur Internet pour une association/organisation travaillant dans le domaine de la solidarité internationale ? Quels sont les stratégies de communication et les mécanismes de persuasion propres à l'audiovisuel ? Quels effets peut-on en attendre ? Principes théoriques généraux de la communication 1. L’émetteur : l'émetteur doit être identifiable, fiable et crédible, il a un message précis à transmettre 2. Le code et le contexte : on doit utiliser, pour communiquer, un langage commun (langue, codes générationnels, etc.) et tenir compte d’un contexte socio-culturel donné (nord/sud) 3. Le canal : le canal renseigne sur l'émetteur ou sur sa cible : les NTCI et les journaux sont des outils medias qui ne touchent pas les mêmes générations (Internet : Facebook, Myspace, Daily Motion, YouTube, Twitter, blogs, site hébergé, etc.) globale). Le point de convergence est l'utilisation du viral pour lancer un buzz. http://fr.wikipedia.org/wiki/Buzz_%28marketing%29 4

Le mot désigne une technique de vente attirant le spectateur par un message publicitaire en plusieurs étapes. Dans la première étape, un message court et accrocheur interpelle et invite à voir la suite. La deuxième étape apporte une réponse et incite à la consommation. Le 'teasing' est arrivé en France en 1981 avec une triple publicité (affichage) pour l'afficheur Avenir, mise en scène par l'agence CLM/BBDO. Sur une plage bleu azur... 1. 2. 3.

Une jeune femme en bikini, mains sur les hanches, dit: « [Demain], j'enlève le haut » ; quelques jours plus tard, seins nus, elle dit: « [Demain], j'enlève le bas » ; quelques jours plus tard, nue mais montrée de dos, elle dit: « Avenir, l'afficheur qui tient ses promesses ».

Cette jeune femme, nommée Myriam, est restée un cas d'école fréquemment cité dans les ouvrages et les formations sur la publicité.

4. Le récepteur : diffusion à grande échelle ne signifie pas réception à grande échelle. Il faut donc cibler son/ses récepteur(s) 5. Les effets (niveaux cognitif, affectif, conatif, comportemental) : apporter de l’information, créer du consensus, persuader, déclencher une action (don, engagement, signature, etc.) La production des effets : prendre la parole et maîtriser son image - Audiovisuel => énoncé pluridimensionnel synchronisé et superposé - Communication verbale (discours lu et/ou entendu): le message doit être simple et précis (une phrase). Il ne faut pas multiplier les messages (intervenants + bruits de voitures) - Communication paraverbale (intonation, gestuelle, etc.): Il existe des geste métaphoriques (rapport analogique avec le contenu discursif) ou ponctuateurs (suivant la syntaxe et le rythme du propos) en rapport avec le message qui viennent appuyer le message. Il existe également des gestes nerveux (adaptateurs) qui polluent le discours quand on n'est pas à l'aise (système « MAP », psychologue français Gabriel Argentin). - Communication non-verbale (image, musique, bruitage, etc.): ceci permet d'illustrer le propos et d’en rendre la lecture plus univoque. Par exemple, la musique classique est associée à la sérénité, le heavy metal à la violence. - Gestuelle : système « MAP » (psychologue français Gabriel Argentin) - Métaphoriques (rapport analogique avec le contenu discursif): exemple: la musique classique est associée à la serenité, le heavy metal à la violence. - Adaptateurs (indépendant du discours, mais lié à l’environnement) - Ponctuateurs (suivant la syntaxe et le rythme du propos) - Créer du consensus (effet d’amorçage/de cadrage, intertextualité/intericonicité, ventriloquie, etc.) : entamer un propos par une lapalissade n’appelant pas à contradiction, références culturelles, citations, etc. - Le langage de l’image (effet Koulechov, impact émotionnel et mémoriel, etc.) : la simple juxtaposition d’images suggère un lien causal entre ces images - Informer, persuader, rappeler Décryptage de spots sur la solidarité internationale - Médecins du Monde « Oublier c’est humain. Agir aussi » (0’40)

http://www.medecinsdumonde.org/fr/media/multimedia/videos/oublier_c_est_humain_agir_aussi Le clip ne culpabilise pas celui qui n'agit pas mais l'invite doucement à faire quelque chose. Il joue sur le cadre affectif. Le chemin le plus rapide pour toucher le spectateur, c'est l'affectif. Quand on vous demande: "Avez vous deux minutes pour sauver un enfant?", il est difficile de refuser. - Enfants du Mékong « Présentation d’Enfants du Mékong » (2’43)

http://www.dailymotion.com/video/x8prwg_presentation-denfants-du-mekong_travel L'association veut apparaître se montrer comme sérieuse et transparente. 2,30-3mn de voix-off sur le modèle reportage de journal TV: une interview d'acteur à Paris intercalée avec des images d'acteurs africains, c'est tout à fait le format des journaux TV. Une carte pour rappeler où l'on est. Les intervenants: le directeur qui présente le coeur de métier de l'association. Son regard de biais nous fait penser que nous sommes spectateurs privilégiés alors que les images d'Afrique présentent une volontaire qui s'adresse de face à la caméra (interpellation). Le directeur lutte contre les idées reçues, baisse les barrières: le spectateur est rassuré car l'argent va bien où il doit aller. L'effet « Koulechov » consiste à juxtaposer deux images sans rapport pour créer un effet de causalité dans la tête des gens. - Greenpeace « Welcome to Greenpeace » (1’07)

http://www.youtube.com/watch?v=jI-d4tNEPUw « Quelles conséquences ? » (1’08) voir aussi : « Que constatent les scientifiques ? » (0’54) Le clip joue sur un cadre logique: la planète est en danger, il faut intervenir. On peut également intégrer un esprit de connivence intergénérationel. Parler de l'urgence est également mobilisateur pour ce qui est de collecter des dons et des notions de complicité de projet et de durabilité. Il y a le discours de l'image et le discours prononcé, le rythme des deux permet d'apporter ou non de la gravité au discours, de l'expertise, de l'alerte. La technique du ventriloque consiste à faire dire par quelqu'un d'autre un message que l'on a à faire passer: faire prendre la parole à un expert, une personne connue, la vox populi (via un micro trottoir)...

- Action contre la faim / Les magasins U « Samuel Le Bihan : Agir contre la faim avec les Magasins U » (0’23)

http://video.aol.fr/video-detail/agir-avec-action-contre-la-faim/2883123438 Une association peut également s'associer à un partenaire commercial ou a une personnalité connue pour valider son action. Se pose alors la question de "l'éthique" de la communication. - CCFD (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement) -« CCFD - Témoignage – Partie 1 de 3 » (7’13)

http://www.youtube.com/watch?v=WnObohAHHEE Le clip tant par les signes religieux ostensibles, le timbre de la voix et les couleurs du décor donne une impression de recueillement et d'austérité et présentent ainsi les valeurs de l'association qui fait ici le choix de prendre à contre-pied les normes de la communication inspirée de la publicité.

Il pourrait être intéressant de faire une étude critique des sites des associations de SI en Bretagne. Quel est le rayonnement des sites, est ce qu'ils sont en lien les uns avec les autres? Est-ce que des passerelles sont faites entre les sites des uns et des autres? Faire du réseau internet est important. Pour réussir un buzz: il faut se questionner sur le message que l'on souhaite faire passer, il faut faire participer les gens; que les gens amènent leur témoignage, il faut aussi communiquez suffisamment hors du réseau et créer quelque chose de suffisamment fort pour que les gens aient envie de s'arrêter. Il a été proposé qu'en amont de la Semaine de la SI 2010, on travaille collectivement sur un buzz.

9 fiches d'évaluation reçue, Synthèse: 1. Quel est le sujet de la session qui vous a le plus marqué ? Madame Ambry 3 Lionel Rauch 1 David Haigron 2 Didier Gourin: 1 Jean Noël Toubon et Damien Piton: 1 Tous: 3 2. quelle application concrète en envisagez vous ? - créer des réseaux - réfléchir su les besoins et les moyens - revoir le site - amélioration rapidement de la communication évènementielle (Facebook, infolocale...) - réflexion - aller davantage sur Internet; être vigilant sur l'impact de l'image

Indice global de satisfaction de la formation 1

2

3

4

1 : Pas du tout satisfaisant / 2 : Peu satisfaisant / 3 : Assez satisfaisant / 4 : Très Satisfaisant 1

2

3

4

Cette session a-t-elle répondu à vos attentes/objectifs ? Les méthodes et supports de présentation utilisés Vous êtes-vous sentis encouragés à partager vos expériences ? Clarté du contenu de cette session Diversité des approches proposées Qualité des intervenants Contenu des échanges avec la salle Convivialité Durée de la session

2 2

5 3

2 4

3 2

3 5 4 4 3 1 3

3 2 5 4 6 8 2

1 1

Suggestion de modifications et/ou de sujets complémentaires à cette session : - session plus "pratique" - application sur ordinateur - trop de sujets abordés, l'ordre de prise de parole des intervenant à revoir - il manque des ateliers - manque de document distribués au préalable ou trop de thèmes abordés; un intervenant était de trop et aurait du être reporté sur une deuxième journée. Suggestions pour une éventuelle session complémentaire: - niveau de connaissance disparates des bénévoles. faire deux sessions: une pour les novices et une pour les confirmés - faire un cas pratique: à partir d'un site ou 2 des associations représentées, quelques conseils points forts/points faibles sur le référencement et l'intérêt des visiteurs. Comment bien géré un espace Facebook et en tirer les meilleur parti pour une bonne communication événementielle. - apprentissage plus "à la base": faire des recherches, aller sur certains sites, faire de la mise en page, introduire des images, faire un power point? - mise en réseau Etat des lieux de la SI en Bretagne et quelle methode pour atteindre un objectif de collecte de dons? Seriez vous prêt(e) à poursuivre la réflexion et envisager une action collective? oui 1 pour l'action non 1 pour laction oui: 4 pour la poursuite de la reflexion et de l'échange collectif

Liste des participants Didier Gourin

Directeur Départemental Ouest France/29 [email protected]

Damien Piton

Pulcéo

[email protected]

David Haigron

Centre de recherche ERIBIA-LSA

[email protected]

Maryvonne Lancien

Les Amis de l'Azawagh

[email protected]

Jean Luc Lotout

Association Christian Stenou/22

[email protected]

Jean-Noël Toubon

Responsable commercial / Chargé de production

[email protected]

Josette Dumas

Bretagne Commerce équitable NS

[email protected]

Lionel Rauch

Correspondant Local le Télégramme/56

[email protected]

Martine Hervé

Résia

[email protected]

Didier Gourin

Directeur Départemental Ouest France/29 [email protected]

Matthieu Rolland Résia

[email protected]

Marcel

Launay

[email protected]

Odile Ambry

Tocsin

[email protected]

Martine Rouelle

Médecins du Monde

[email protected]

Karen Laroche

Festival Pêcheurs du Monde

[email protected]

Serge Bonnal

CASI/29

[email protected]

Sonia Scolan

CASI/56

[email protected]

Christian Guillon APALEF

[email protected]

Antoine Pillet

Max Havelaar

Antoine Pillet

Clement Sommier

Max Havelaar/Frères des Hommes

[email protected]

Martine Le Garrec

CCFD

[email protected]

Bergmans

BEAJ Association citoyenne et culturelle

[email protected]

Recommend Documents
PARTAGEONS NOS PRATIQUES! Communiquer et partager les actions socio-éducatives
PARTAGEONS NOS PRATIQUES! Communiquer et partager les actions socio-éducatives

1 JOURNÉE DE RENCONTRE ET D ÉCHANGE DES ÉQUIPES ÉDUCATIVES Mardi 8 novembre 2011 Au FJT les Hauts-de-Belleville PARTAGEONS

Read more
Actions sur nos 3 sphères
Actions sur nos 3 sphères

1 L IMP, Intégration sensori Motrice Primordiale est une approche éducative sensorimotrice qui permet d identifier et d intégrer

Read more
Actions sur nos 3 sphères
Actions sur nos 3 sphères

1 Les réflexes primitifs sont des réactions involontaires principalement présentes chez le nouveau né. Ils forment le fact

Read more
Nos. actions. de formation
Nos. actions. de formation

1 Nos actions de formation2 Qui sommes-nous? Nos valeurs La confiance, clé de voûte de nos relations. L écoute de vos besoins et l

Read more
Nos actions, nos ressources, nos outils
Nos actions, nos ressources, nos outils

1 Association éducative complémentaire de l école publique Mouvement d action et de recherche pédagogique Mouvement d &eac

Read more
Nos convictions Nos engagements Nos actions
Nos convictions Nos engagements Nos actions

1 Nos convictions Nos engagements Nos actions2 3 La Fondation L Oréal Accompagner. Valoriser. Transmettre. Soutenir. Bousculer les lignes. Des

Read more
Levez le masque sur nos actions de réduction des risques!
Levez le masque sur nos actions de réduction des risques!

1 Rapport d activités 2008 Levez le masque sur nos actions de réduction des risques! avec le soutien de : 6, rue de la Pépini&egr

Read more
OUVERTURE 3 MIEUX COMMUNIQUER SUR L EUROPE, BIEN COMMUNIQUER SUR LES FONDS 5 COMMUNIQUER DANS LE RESPECT DES SPÉCIFICITÉS DE NOS PROGRAMMES 8
OUVERTURE 3 MIEUX COMMUNIQUER SUR L EUROPE, BIEN COMMUNIQUER SUR LES FONDS 5 COMMUNIQUER DANS LE RESPECT DES SPÉCIFICITÉS DE NOS PROGRAMMES 8

1 2 SOMMAIRE OUVERTURE 3 DOMINIQUE MEGARD - DÉLÉGUÉE GÉNÉRALE DU RÉSEAU DE COMMUNICATION PUBLIQUE CAP COM 3

Read more
NOS ENGAGEMENTS EN ACTIONS
NOS ENGAGEMENTS EN ACTIONS

1 1.2. ÊTRE UNE BANQUE SIMPLE ET FACILE D ACCÈS ÊTRE PRESENT PARTOUT Thinkstock La densité du maillage des Caisses ré

Read more
MARS BLEU Nos actions
MARS BLEU Nos actions

1 MARS BLEU 2012 Nos actions2 MARS BLEU, C est quoi? Depuis 2008, tous les ans et au mois de mars, L INCa au niveau national et ADOC 11 au niveau d&ea

Read more

Sign up to our newsletter for the latest news

© Copyright 2013 - 2019 DOKUMENONLINE.COM All rights reserved.